Environnement: Sauvons les abeilles

                         ENVIRONNEMENT

SYNDICAT APICOLE ��L'ABEILLE VOSGIENNE ��

           Sauvons les abeilles

Les colonies d'abeilles disparaissent chaque année à un rythme effréné

(25 %). Les causes en sont multifactorielles ce qui rend complexe la

situation. La disparition des abeilles menace la survie des plantes et

par conséquent la survie des animaux qui se nourrissent de ces plantes.

Quelles mesures prendre pour inverser la tendance ?

 

Cherchons à résoudre la problématique de l'affaiblissement des colonies d'abeilles.

 

Pour vivre ou plutôt survivre, l'abeille a besoin de deux principales sources de nutriments :

 le nectar, source de glucides (les sucres) et le pollen des fleurs, source unique de protides (les protéines).

 Le déficit dans l'alimentation protéique est particulièrement néfaste au printemps et à la fin de l'été. Un manque de pollen provoque des carences alimentaires qui induisent une diminution du renouvellement des abeilles, ce qui provoque un vieillissement des colonies qui finissent par mourir de faim.

C'est donc la diminution de la diversité des ressources de pollen et de nectar qui est l'une des causes principales du déclin des colonies d'abeilles.

 

Les apiculteurs tirent la sonnette d'alarme.

 

Le syndicat apicole d'Epinal «  l'Abeille Vosgienne » souhaitant relever le défi mène actuellement une réflexion avec la ville d'Epinal afin d'envisager des mesures concrètes sur le territoire de la commune pour lutter contre la disparition des insectes pollinisateurs et notamment de l'abeille.

L'enjeu est bien de favoriser au mieux la biodiversité.

Dans cette optique, la ville d'Epinal adopte déjà des règles de bonnes conduites :

-          réduction des fauchages sur les secteurs à proximité des zones naturelles,

-          désherbage thermique plutôt que chimique.

 

Nouveautés 2009 : deux sites pilotes pour démarrer une démarche "zéro phyto "

 

Les produits phytosanitaires ne seront plus utilisés au parc de la Maison Romaine et au parc du Cours. Les insecticides seront remplacés par la Protection Biologique Intégrée ( exemple de la coccinelle qui mange les pucerons) ou des techniques alternatives ( exemple le purin d'ortie). Le désherbage chimique sera remplacé par le binage ou le traitement thermique pour la Maison Romaine.

 

En dehors de ces deux secteurs, une politique d'utilisation raisonnée des produits phytosanitaires sera développée.

 

A savoir :

* Utilisation de la binette à chaque fois que cela est possible pour le désherbage.

* Acquisition de deux désherbeurs thermiques à gaz.

*Plus de traitement à proximité des points d'eau et des grilles avaloirs.

* Récupération de tous les emballages vides et rincés pour  retraitement par une filière  homologuée.

* Utilisation raisonnée de désherbant total sur les surfaces stabilisées avec dosage et étalonnage précis pour une meilleure efficacité.

 

Les autres actions envisagées

D'autres actions de prévention sont envisagées :

* la promotion de zones favorables ensemencées de fleurs mellifères. Les sites retenus pour 2009 sont spécifiés dans l'encadré ci-dessous. Ceci représente une surface d'environ 4530m2,

 

* la plantation d'arbres et arbustes bien visités par les abeilles ou encore laisser par endroit des herbes folles et des fleurs indigènes pousser à leur guise. Ainsi, le rythme de tonte de certains talus sera plus espacé. Au niveau de la clairière engazonnée de l'arboretum du Saut-le-Cerf, seul un passage piétonnier sera tondu. Le reste de la surface sera conservé en l'état. Par ailleurs, un seul gyrobroyage de la végétation sera effectué en octobre.

L'objectif est que l'ensemble des plantes de cet espace arrivent à maturité et deviennent source d'alimentation pour les abeilles en particulier.

 

sensibiliser le public à la nécessité d'adopter cette même conduite citoyenne dans les jardins privés.

La Biodiversité est l'affaire de tous !!!

 

                                                          

 

Les zones ensemencées de fleurs mellifères ou appréciées des abeilles

 

- Vieux St laurent : 150 m2

- Rond point route d'Archettes : 200 m2

- Tranchée de Docelles : 230 m2

- Talus magdeleine : 400 m2

- Terrain pépinière : 1800 m2 (mélange spécial mellifère)

- Abords chauff erie : 150 m2

- Plateau de la justice : 600 m2

- Parc du château : 1000m2

Soit un total de 4530 m2 (6 mélanges différents).

Même si tous les mélanges ne sont pas mellifères, toutes ces fleurs sont appréciées des abeilles.

Vient s'y ajouter une nouvelle pratique d'entretien sur l'ancien arboretum ( matérialisation d'allées dans la surface enherbée avec tondeuse).

A l'automne, viendra également s'ajouter une plantation arbustive mellifère sur le talus route d'Archettes.

 



08/06/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres